Réseau wallon de lutte contre la pauvreté

La Wallonie est confrontée à des défis sociétaux majeurs parmi lesquels : la pauvreté, la flexibilité du monde du travail, le manque de logements à prix abordable, le vieillissement de la population, le maintien de celle-ci en bonne santé.
 
Les droits fondamentaux (droit à un revenu digne, droit à la protection de la santé et à l’aide sociale et médicale, droit à un logement décent et à un environnement sain, droit au travail, droit à la formation, droit à l’épanouissement culturel et social) garantis par la Constitution sont loin d’être effectifs pour tous en Wallonie.
 
En effet, un citoyen sur sept vit en-dessous du seuil de pauvreté, soit 19,2 % de la population wallonne (Source : SPF Economie, Enquête Eu-Silc 2011-revenus 2010). La pauvreté se marque souvent par une insuffisance de revenus. Toutefois, elle ne se résume pas à un simple manque d’argent. En réalité, elle affecte tous les aspects de la vie de nos concitoyens les plus démunis. Elle est aussi un déterminant discriminatoire. La lutte contre la pauvreté, l’exclusion sociale, la désaffiliation, et leurs conséquences sont des enjeux déterminants pour l’avenir de notre société.
 
Notre système de protection sociale joue un rôle essentiel pour éviter qu’une proportion plus importante encore de la population ne tombe dans la grande pauvreté : sans la sécurité sociale, ce serait 25,4% de la population wallonne qui vivrait sous le seuil de pauvreté, soit un citoyen sur quatre (Source : SPF Economie, Enquête Eu-Silc 2011-revenus 2010). Pour utile qu’elle soit, cette protection n’est cependant pas suffisante et il nous faut lutter contre la pauvreté et l’appauvrissement par la mise en œuvre d’une politique structurelle transversale de lutte contre les inégalités de revenus, de logement, d’emploi, d’éducation, …
 
Le Gouvernement wallon s’y attèle depuis plus de vingt ans à travers l’organisation de ses services, en particulier la Direction interdépartementale de la Cohésion sociale du Secrétariat général du Service public de Wallonie chargée d’assurer cette transversalité par la promotion de l’accès de tous aux droits fondamentaux et ce, en concertation avec l’ensemble des administrations, des acteurs publics et associatifs concernés.
 
Aujourd’hui, dans le contexte de crise que nous connaissons et qui provoque un accroissement  de l’appauvrissement et de la précarité, y compris parmi de nombreux et parfois nouveaux groupes de population comme les classes moyennes et la jeunesse, y compris qualifiée, les familles monoparentales,… au moment aussi où les moyens financiers sont de plus en plus comptés, il convient de renforcer le dialogue entre les pouvoirs publics et les citoyens, en particulier les personnes pauvres et vivant l’appauvrissement, afin d’améliorer la pertinence et l’efficience des mesures mises en œuvre.
 
A cet égard, la reconnaissance d’un réseau d’associations, qui travaillent avec les personnes vivant dans des conditions de pauvreté et/ou d’appauvrissement et garantissent leur participation active, permettrait au Gouvernement de disposer d’un interlocuteur organisé qu’il puisse consulter et sur l’expertise duquel il puisse s’appuyer.
 
Ainsi, dans un rôle fédérateur, ce réseau élaborerait et formulerait des recommandations au Gouvernement dans l’objectif de réduire la pauvreté au travers de politiques wallonnes concertées avec les personnes vivant la pauvreté et leurs représentants.
En application du décret du 23 janvier 2014 relatif à la reconnaissance d’un réseau de lutte contre la pauvreté en Wallonie, l'asbl Réseau wallon de lutte contre la pauvreté (RWLP) a été reconnue par le Gouvernement wallon comme un  interlocuteur expert en matière de lutte contre la pauvreté.      
Cette reconnaissance permet au gouvernement de disposer d'un interlocuteur organisé. Le RWLP a déposé un programme de travail pour les années 2015-2017, qui a été approuvé par le Gouvernement wallon le 2 juillet 2015, et bénéficie d'une subvention régionale dans ce cadre.