En 1992, le Gouvernement wallon s'est engagé à mettre en oeuvre une région solidiare

 

Dès 1992, le Gouvernement wallon s’est engagé à mettre en oeuvre une région solidaire, en insistant sur le fait que la solidarité et le développement de la lutte contre toutes les formes d’exclusion se fondent sur une coordination accrue des différents outils créés à cette fin. Il s’est fixé pour objectif de favoriser l’égalité des chances par une politique de discrimination positive afin que chacun puisse avoir accès à un logement, à un emploi, à la meilleure santé possible, ... autant de droits garantis par l’article 23 de la Constitution. Ainsi, en application du principe du service universel, il estime aussi que chacun doit pouvoir accéder à l’ensemble des services publics wallons au sens large du terme.

Fort de sa volonté de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, il décide d’y procéder en actionnant tous ses leviers de compétence et de le faire de manière coordonnée en créant, en 1992,  un service transversal et expérimental au sein de l’administration wallonne (Secrétariat général du Ministère de la Région wallonne), la Cellule d’Intégration sociale. Dès ce moment, le Gouvernement décide d’aider les communes à développer, en partenariat avec les acteurs de terrain concernés, des projets locaux pour lutter contre la pauvreté : ce sont les Actions de lutte contre l’exclusion sociale de 1992 à 1997, suivies par le Plan social intégré mis en œuvre dans une centaine de communes wallonnes de 1998 à 2003.